Le chérisseur de têtes et autres pacotilles pour le Club Diogène (1871-1877)

18,00  TTC

Le chérisseur de têtes et autres pacotilles pour le Club Diogène (1871-1877)
Jérôme Sorre et Stéphane Mouret – éditions Malpertuis
15,5 X 23 cm, 400 pages, 18 €

Catégorie : Étiquette :

Description

Jérôme Sorre – Stéphane Mouret

Trois coups retentirent à la porte, dont la rigueur péremptoire ne laissait aucun doute sur l’identité du nouvel arrivant. « Le Maréchal ! » s’exclama Lison. Fédor balança son livre par terre, oublieux de l’enthousiasme qu’il lui procurait, et trotta jusqu’à la porte.
L’homme, aussi rectangulaire qu’une commode, occupait tout l’encadrement. Bien qu’il fût le plus âgé de l’assemblée, arec la soixantaine qui blanchissait sa barbe coupée au carré, il compensait ce handicap par une présence impressionnante et tonique qui lui avait d’ailleurs valu son surnom militaire au sein du Club. Avant même de faire un pas, avant que l’impatient Vayec lui eût posé la traditionnelle question, il eut en guise de salutation cette syllabe tonitruante : «J’ai ! »

Cette nuit encore, le club Diogène pourra donc lutter contre son pire ennemi : l’Ennui. Paris, en cette fin de XIXe siècle, est d’un assommant… La grosse ville s’embourgeoise et pue les vapeurs de l’industrialisation. Cela mérite bien qu’à la lune levée on s’échappe de chez soi, et qu’au cinquième étage d’un hôtel magnifiquement délabré on tienne d’occultes conciliabules, à l’affût d’une affaire de fantômes séduisants, de vampires perdus ou encore de cadavres en puzzle. Dire que N’avec, Franklin, Lison, Camille, le Maréchal, d’Orville et Fédor ne se connaissent même pas ! Dire que ce ne sont que des noms de guerre, sous l’anonyme impunité desquels ils œuvrent dans l’étrange et le sang. « Monsieur », leur énigmatique patron, les a mis en garde : interdiction pour eux de se fréquenter en dehors du Club !
Il apparaît donc, dès ce premier volume, que le club Diogène lui-même ne constitue pas le moindre mystère des onze aventures ici réunies.

Collection Absinthes, éthers, opiums dirigée par Christophe Thill

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le chérisseur de têtes et autres pacotilles pour le Club Diogène (1871-1877)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.