A l’occasion de notre participation à la Foire-expo de Saumur, du 4 au 6 septembre prochains, nous sommes heureux d’annoncer la sortie d’un nouveau livre dans la collection « Courts d’Histoire » :

Catalina de Erauso, la nonne-soldat
de Laure Junot, duchesse d’Abrantès

Née en 1585 en Espagne, Catalina de Erauso eut une vie pour le moins aventureuse et mouvementée. Peu connue en France, son souvenir est encore très vivant dans son pays natal. Et pour cause ! son existence toute entière fut vouée à la guerre et à l’aventure, dans une Amérique espagnole loin d’être pacifiée, à une époque où la condition féminine n’est guère avancée.

Qu’on en juge : reléguée au couvent, elle s’en sauve à quatorze ans, son tempérament s’accommodant mal de la vie monastique, et sous l’habit d’homme – qu’elle ne quittera plus avant longtemps, – cette amazone du XVIIe siècle va mener une existence pleine de bruit et de fureur, d’abord en Espagne puis au Pérou, où son courage lui vaudra tous les honneurs, mais son caractère ombrageux et fougueux tous les déboires. De batailles rangées en duels, de condamnations en fuites éperdues, celle que l’on surnomma la nonne-soldat eut certes une vie particulière, à mille lieues de celle des femmes de son époque.
De nombreuses chroniques et ouvrages ont été consacrés à ce personnage historique hors normes ; mais l’article que lui consacra Laure Junot nous semble particulièrement pertinent dans la collection Courts d’Histoire. Car, outre l’évocation historiquement juste de la vie mouvementée de Catalina de Erauso, c’est le regard de l’auteure, femme du XIXe siècle, duchesse d’Empire, sur cette femme « libérée » qui transparaît, curieux mélange d’admiration et de prude réprobation, à l’aube des grands bouleversements qui vont engendrer un monde nouveau.

Laure Junot d’Abrantès (1784, 1838) fut une figure marquante du monde des lettres du début du XIXe siècle. Fantasque, exubérante, dépensière à l’excès, elle connut toutes les grandes plumes de cette époque. D’abord épous d’Andoche Junot, général et duc d’Empire, proche de Napoléon Bonaparte, elle entame après la mort de son mari une carrière littéraire prometteuse, avec l’aide du jeune Honoré de Balzac, qui est tombé sous ses charmes et travaillera d’arrache-pied à ses Mémoires. Bien que la fin de sa vie soit moins brillante, elle connut Juliette Récamier et Théophile Gauthier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *