Christopher Lee, inoubliable acteur dont la première carrière fut liée à la célèbre maison de production de films d’horreur britannique Hammer, vient de nous quitter. Il forma avec Peter Cushing un duo dynamique particulièrement fécond, et enchaîna les rôles avec une prédilection certaine pour celui de Dracula, qu’il marqua de son empreinte à jamais. Il fut ainsi du remarquable (ai-je dit qu’il s’agit du meilleur film de la Hammer ?) Chien des Baskerville, déjà évoqué dans plusieurs billets, notamment attachés à Sherlock Holmes (qu’il incarna également).

Car, après une période d’oubli, quelques-uns des fans de la première heure, alors adolescents boutonneux (le mot geek n’existait pas encore) se sont souvenus de lui à l’heure de faire à leur tour des films ; notamment Peter Jackson, grand cinéphile amateur de séries B horrifiques (il commit en sa jeunesse l’incroyable Bad Taste) qui le propulsa au firmament du box office avec toute la distribution de sa trilogie Le seigneur des anneaux,  dans le rôle de Saroumane.

Acteur complet, gentleman jusqu’au bout des ongles, ce qui contrastait souvent avec ses rôles emblématiques extrêmes – il a rejoint Bella Lugosi au paradis des acteurs de films de vampires – , francophile avéré, sa silhouette mondialement connue du cinéma manquera à tous les fans de SF et de fantastique, de toutes générations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *